Le cycle des démons T1 : L’Homme-Rune

Résumé 

Dans le monde du jeune Arlen, dès que le soleil se couche, les démons sortent de terre et dévorent les êtres vivants. Le seul espoir de survie : s’abriter derrière des runes magiques qui repoussent ces monstres et prier pour qu’elles tiennent jusqu’aux premières lueurs de l’aube. Seule une poignée de Messagers bravent la nuit au péril de leur vie pour relier les hameaux dont les habitants ne s’éloignent jamais. Mais lorsqu’une terrible tragédie le frappe, le jeune Arlen décide qu’il ne veut plus vivre dans la peur : il quitte sa ferme et part sur les routes en quête d’un moyen de se battre contre les démons et de les vaincre.

L’avis 

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, l’univers médiéval est très bien créé, les personnages ont beaucoup de profondeurs et ne sont pas juste des stéréotypes sur papiers puis l’histoire est plutôt originale !

Cependant, la 4ème de couverture n’est pas vraiment exacte, ou du moins précise… En effet, si Arlen est le protagoniste de cette histoire il n’en est pas le seul personnage principal. Nous retrouvons aussi Leesha, une jeune femme en quête de liberté et sur la voie des Cueilleuses d’Herbes et Rojer, un jeune homme doué pour l’art des Jongleurs. Le récit commence à l’enfance et subit plusieurs sauts dans le temps mais cela n’enlève rien à l’histoire, au contraire : dans ce monde quand on veut exercer un métier il faut 7 ans d’apprentissages et c’est ces années là qui sont souvent coupées.

Ce qui m’a particulièrement plu au travers de ces pages c’est que ce livre n’est pas une simple histoire qui se passe bien avec quelques rebondissements et des passages « mauvais » (un héros enfermé, un proche près de mourir, etc) mais plus une histoire montrant tous les côtés de l’humanité. Les pires plus que les meilleurs mêmes, la lâcheté et la violence sont très présentes sans que cela soit répugnant à lire et à s’imaginer.

La quête de soi est omniprésente tout au long du livre que ce soit pour Arlen, Leesha ou Rojer et elle les guide sur la route qu’ils ont à accomplir. Ces personnages tous trois fondamentalement différents se voient emprisonnés dans un monde dominé par la peur de la nuit et la protection parfois faillible des runes. Pourtant ils aspirent à plus et veulent autre chose pour leur avenir et celui de l’humanité.

La petite citation…

« Ne sois pas si pressée d’abandonner ton enfance, ma fille. Elle te manquera, tu verras. Le monde a plus à offrir que coucher avec un homme et lui faire des enfants. »

Quelques infos ? 

  • Peter V. Brett
  • Bragelonne, collection Milady (depuis 2011)
  • 432 pages
  • 9,20 euros en format poche
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s