Tokyo Vice

Résumé :

Quand Jake Adelstein intègre en 1993 le service Police-Justice du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shinbun, il n’a que 24 ans et il est loin de maîtriser les codes de ce pays bien différent de son Missouri natal. À Tokyo, il couvre en étroite collaboration avec la police les affaires liées à la prostitution et au crime organisé. Pour cela, il n’hésite pas à s’enfoncer dans les quartiers rouges de la capitale, dans les entrailles du vice et de la décadence. Approché par les yakuzas, il devient leur interlocuteur favori tout en restant un informateur précieux pour la police. Une position dangereuse, inédite et ambivalente, aux frontières du crime, qui incite Jake Adelstein à entrer dans un jeu dont il ne maîtrise pas les règles.

L’avis : 

Voilà, j’ai ENFIN fini Tokyo Vice ! Non pas que ça soit une corvée de lire ce livre, mais le manque de temps m’a obligé à toujours repousser la lecture… Ca plus le fait que le livre est très beau mais fragile, sachant que c’était un emprunt j’avais peur de le transporter… Mais trèves de mondanités et rentrons dans le vif du sujet !

Tokyo Vice est une oeuvre autobiographique et vu le sujet, c’est un coup de maître. Non pas pour le style d’écriture parce qu’il est très simple et plaisant, pas vraiment recherché (quelques mots grossiers par-ci par-là) mais pour l’histoire en elle-même. C’est de l’adrénaline pure.

Vu la pluralité de thèmes (illégaux) du bouquin je pense qu’on pourrait le comparer à un rail de coke. Je suis pas très renseignée mais je crois que ça passe bien parce qu’en plus de 400 pages on survole 10 ans et d’innombrables personnages tous plus ou moins importants.

Nous avons donc Jake : un mec qui a de la chance parce qu’il va devenir le premier étranger travaillant au journal le plus réputé du Japon, le Yomiuri Shinbun. L’entrée se fait par concours alors il a pété des nippons, c’est quand même fort. Grâce à lui on va apprendre pleins de trucs, et parfois à ses dépends (Monsieur fait des bourdes mais bon, comment pourrait-on lui en vouloir…), notamment sur ce qui n’est pas souvent dit du Japon. Le côté obscur du système va t-on dire.

La ligne directrice du livre pourrait tout simplement être que les japonais sont racistes parce que le protagoniste a du mal au Japon (en plus il est juif, alors certains d’entre eux sont persuadés qu’il est espion du Mossad), les étrangères ont du mal au Japon et s’il vous arrive une merde c’est votre faute parce que vous êtes étrangers. Niiiiiiice. Sinon, plus sérieusement, Jake avance bien dans sa carrière et se retrouve comme tout autre journaliste confronté aux Yakuzas. Et en bon emmerdeur, bah il va les faire avec ce livre (faut le lire pour savoir pourquoi héhé).

Grâce à ma formation, on a rencontré Jake Adelstein en Novembre pour le festival Lettres du Monde. J’avais commencé le livre de 100 pages quand on l’a rencontré et j’étais assez impressionnée par le début plus la conférence qu’il nous a faite, en expliquant pourquoi il avait écrit ce livre, comment agissait les Yakuzas et à quel point il avait eu du mal à faire publier son livre au Japon.

Le livre est une sorte de leçon de vie, parfois il fait des mauvais choix pour sa famille mais bonne pour sa carrière. C’est un rythme de vie très dur qu’il mène. C’est pour ça que j’admire le boulot, sa vie est passionnante et c’est fabuleux de pouvoir lire des histoires comme ça. En plus, on va pas se mentir l’édition française est magnifique (c’est la préférée de l’auteur <3).

C’est donc une lecture que j’ai adoré et que je recommande fortement !

La petite citation : 

Tu as fait la seule chose que tu pouvais faire. Tu as pris la bonne décision. Aucun article ne vaut la peine de mourir, aucun article ne mérite non plus que ta famille meure. Les héros sont simplement ceux qui n’ont plus le choix. Tu avais encore le choix. Tu as fait le bon.

Quelques infos ?

  • Jake Adelstein
  • Editions Marchialy
  • 21 euros
  • 457 pages
Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s